Indiana Teller, tome 1 : Lune de printemps de Sophie Audouin-Mamikonian

  • Broché: 382 pages
  • Editeur : Michel Lafon (10 mars 2011)
  • Prix : 17 €

Présentation de l’éditeur :

Dans les interminables plaines du Montana s’étend le ranch des Lykos. Les voisins alentour sont loin de se douter que ses habitants sont les membres de l’un des clans de loups-garous les plus puissants d’Amérique du Nord. Parmi eux, un seul humain a sa place : Indiana Teller, 17 ans. Né de l’union d’une humaine aux pouvoirs mystérieux et d’un loup-garou, Indiana est le petit-fils et le seul héritier de Karl, le chef de la meute. Se sentant comme un étranger parmi les siens, il lutte pour trouver sa place dans la hiérarchie codifiée imposée par son peuple : des créatures fantastiques qui vivent cachées au milieu des hommes. En quête d’une vie normale, il rejoint l’université du Montana où il fait la connaissance de Katerina O’Hara et de Tyler Brandkel, le fils d’un éternel rival de son grand-père. Indiana et Tyler savent qu’ils n’ont pas le droit de convoiter une humaine. Mais malgré
les avertissements des leurs, ils tombent tous les deux amoureux de Katerina. Peu de temps après, Indiana est victime d’un terrible accident dont il sort miraculeusement indemne en se volatilisant au dernier moment. Cet événement lui révèle une capacité secrète : il peut rebrousser le temps instantanément lorsqu’il est en danger. Voilà un atout précieux, car son accident semble suspect : aurait-il été la cible des Brandkel qui veulent évincer Karl et reprendre le pouvoir ? L’équilibre et la sécurité des loups n’ont jamais été aussi menacés. A l’aide de son nouveau don, Indiana trouvera-t-il la force d’empêcher la guerre ? Oseriez-vous défier les lois du clan ?

Mon avis :

Qui ne connait pas Tara Duncan si l’on s’intéresse de près ou de loin à la littérature jeunesse ? Et bien, il y a un an, la série a eu une petite soeur dénommée Indiana Teller. Je viens donc vous parlez du premier opus de la quadrilogie alors que le tome deux vient tout juste de sortir ! 

On suit donc Indiana, un loup-garou qui évolue dans sa meute… En fait, il est pas si garou que ça… Malheureusement, le jeune homme ne peut pas se transformer en bête car il a plutôt hérité du patrimoine génétique de sa mère qui est humaine. Vous imaginez bien que Indiana, au milieu de tous ces louveteaux tous plus forts les uns que les autres est considéré comme le vilain petit canard loup. A l’aurore de ses 18 ans, il va partir à l’université pensant enfin pouvoir vivre une vie normal entouré d’humains comme lui. Seulement, tout ne sera pas aussi simple…

La première moitié du roman, on ne fait que survoler l’adolescence d’Indiana en s’arrêtant à deux, trois moments clefs. Cela casse le rythme et on s’ennuie peu à peu. On trouve du plaisir à découvrir leur monde et les nombreuses touches d’humour parsemés au fil des pages égayent la lecture, mais globalement, l’intérêt s’estompe très vite.

La deuxième moitié est, en revanche, particulièrement haletante et Mamikonian n’oublie d’insérer ses touches d’humour. On oublie l’ennuie et on passe un agréable moment en compagnie d’Indiana. Le jeune homme va même développer un pouvoir hérité de sa mère : celui de rebrousse-temps. Autrement dit, il peut voyager dans le temps et l’espace à sa guise. Ce talent spécial n’est pas très exploité dans ce premier tome, mais on peut penser qu’Indiana s’en servira plus dans les trois autres tomes. A suivre donc…

L’auteur ne développe pas la psychologie des personnages, ils ne sont pas très complexes et finalement, sont assez superficiels. Néanmoins, je les ai trouvés sympathiques.

Au cours de la lecture, on croise d’autres créatures fantastiques bien connus tels que les vampires et les fées. J’ai regretté qu’ils ne se mêlent pas à l’intrigue, peut-être pour les prochains tomes…

En conclusion, Indiana Teller est un livre bien sympathique, au début un peu long et aux points forts encore peu exploités mais, ce n’est que le début de la série, à suivre donc… Surtout avec la fin en « cliffhanger ». 

Note : 

Je voudrais remercier les Editions Michel Lafon pour m’avoir permis de découvrir ce roman ainsi que pour leur confiance.

Publicités

A propos Léo Elfique

Lecteur touche à tout de 16 ans.
Cet article a été publié dans Bien !, Jeunesse, Mes Chroniques littéraires. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Indiana Teller, tome 1 : Lune de printemps de Sophie Audouin-Mamikonian

  1. Luthien dit :

    J’ai bien aimé ce premier tome et j’ai hâte de lire le suivant. 🙂

  2. anasthassiia dit :

    Il me tente pas du tout x) D’après ton avis+ et mon ressentit sur Tara Duncan, j’ai l’impression que ça va être du même genre que Tara Duncan justement, et que je ne vais pas aimer ici aussi.. En tout cas c’est toujours un plaisir de te lire 😀

    • Léo Elfique dit :

      J’ai lu 2-3 chroniques sur Tara et effectivement on voit des reproches similaires à ceux qu’on peut faire à Indiana… 😉

      Merci beaucoup pour tes encouragements ! 🙂

  3. Ping : Acquisitions livresques~Chroniques Express – Mars | Citalivres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s